Les nouvelles pratiques de mobilité en milieu rural à l’aune des confinements, entre essoufflement et durabilité

Par Chloé Perrin
Étudiante en Master Master Ville Environnement et Société
Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional,
Université de Strasbourg
Stagiaire sur le projet Re-acteurs de mars à juillet 2021

La crise sanitaire que nous connaissons depuis 2020 a eu un fort impact sur le quotidien des personnes, notamment du fait des mesures restrictives adoptées par les gouvernements pour endiguer l’épidémie. Les interdictions en matière de déplacement ont bouleversé les habitudes des Français et encore plus celles des habitants des territoires ruraux, ces espaces dans lesquels la voiture constitue le mode de transport le plus utilisé. Les limitations en termes de périmètre kilométrique autorisé et de durée de déplacement ont en effet contraint bon nombre d’individus à imaginer une mobilité nouvelle, laquelle a eu des impacts sur d’autres pans de leur vie, comme la consommation, les loisirs, la sociabilité.

Dans une enquête menée durant le mois de mai 2021, nous avons voulu comprendre comment les habitants des territoires ruraux de la Drôme et de l’Ardèche ont adapté leurs pratiques de mobilité face à ces restrictions, et surtout, ce qu’il est resté de ces adaptations une fois les restrictions de déplacement levées. Cette enquête en ligne et par entretiens s’inscrit dans la prolongation d’une première enquête en ligne menée entre le 14 avril et le 11 mai 2020, ce qui permet ainsi d’analyser la durabilité des éventuelles nouvelles pratiques de mobilité qui ont pu émerger durant ces périodes de confinement.  

La rationalisation de l’usage de la voiture : vers des trajets plus courts et moins fréquents 

Durant les différentes périodes de restriction des déplacements imposées par le gouvernement, les individus ont dû adapter leurs pratiques de mobilité pour maintenir certaines activités essentielles, comme faire les courses et pour certains aller travailler. Beaucoup des personnes interrogées affirmaient alors qu’elles ont davantage rationalisé leur usage de la voiture, c’est-à-dire qu’elles prenaient la voiture moins souvent et pour faire des trajets moins longs. Par conséquent, les enquêtés ont été amenés à diminuer leur fréquentation des grandes surfaces alimentaires pour faire leurs courses, parfois au profit des petits commerces de proximité. Cet usage plus modéré de la voiture a été apprécié par de nombreux enquêtés, qui profitaient ainsi d’un gain de temps qui était réinvesti dans d’autres activités. 

Cependant en contexte de ruralité, il n’y a pas eu de report modal : moins utiliser la voiture ne va pas forcément de pair avec augmentation du recours à d’autres modes de transport. Si de nombreux enquêtés ont affirmé marcher davantage, c’est plus pour s’aérer que pour se déplacer  et la limitation de l’usage de la voiture était plutôt liée aux contraintes réglementaires. Selon eux, le milieu rural n’est pas propice à l’usage quotidien du vélo ou de la marche à pieds pour se rendre à son travail ou aller faire ses courses, d’une part car les distances à parcourir sont souvent trop importantes, et d’autre part car les routes à emprunter peuvent être dangereuses du fait de la circulation automobile. De plus, beaucoup d’enquêtés déplorent la faiblesse de l’offre de transports en commun, ce qui rend la voiture d’autant plus incontournable. Les personnes interrogées ont toutefois attesté que l’expérience du confinement a changé certaines de leurs pratiques de mobilité, en particulier les déplacements pour aller faire des courses, lesquels sont plus regroupés avec d’autres trajets dans un souci d’utiliser la voiture plus consciencieusement. 

La sociabilité, motif central de la mobilité

Comme cela a été observé lors de la première enquête, la limitation des déplacements en espace rural peut être rapidement synonyme de manque d’interactions sociales et d’isolement. Les visites à des proches ou à des amis est un motif de mobilité prioritaire pour une grande majorité des enquêtés, et ce sont ces trajets auxquels il est le plus difficile de renoncer. De ce fait, une grande part des personnes interrogées a expliqué avoir mis en place des stratégies pour contourner les restrictions de déplacement, et ainsi maintenir des activités sociales ; de la fausse attestation à l’emprunt de routes peu fréquentées, les individus n’ont pas manqué d’imagination pour trouver des moyens discrets et alternatifs pour sauvegarder ce type de mobilité.  

Les restrictions de déplacement ont également encouragé plusieurs enquêtés à repenser les liens sociaux, par la (re)construction de liens de proximité, avec les gens de la même commune qu’eux, ou des voisins. Les apéritifs sur Zoom et autres meeting virtuels n’ont pas convaincu la plupart des enquêtés, rendant alors ces derniers plus enclins à se sociabiliser avec des individus géographiquement proches d’eux afin de maintenir des interactions sociales « réelles » et non pas uniquement virtuelles. Cependant cette tendance a été visible uniquement durant les confinements et s’est progressivement dissipée une fois les restrictions de déplacement levées, car globalement les enquêtés disent reprendre leurs anciennes habitudes, lesquelles ne comportent pas forcément un rapprochement avec de nouvelles personnes. Il en fut de même des temps conviviaux virtuels. En revanche, en ce qui concerne le monde professionnel, le télétravail et l’usage de Zoom ont globalement été appréciés et l’on peut constater que ces pratiques se sont durablement et plus profondément installées suite à l’expérience du confinement. 

L’essoufflement progressif de la participation à des initiatives de solidarité locales 

La participation à des initiatives de solidarité locales (soutien aux personnes âgées, livraison de courses…) a connu un essor important durant les confinements. De nombreuses personnes interrogées ont expliqué s’être davantage investies pour les personnes en difficulté autour d’eux, cependant cette forte implication n’a pas revêtu de caractère durable. Elle s’est essoufflée dans le temps, au fur et à mesure que les restrictions étaient levées. Elle semble répondre davantage à une demande ponctuelle forte de la part des personnes dont la mobilité était empêchée par la situation sanitaire, qu’à un élan collectif et durable de solidarité ou à une réorganisation profonde des réseaux de proximité.

Confinement et inégalités de genre

La diminution du temps consacré aux transport n’a pas été réinvesti de la même manière chez les femmes que chez les hommes : plusieurs enquêtées ont expliqué que le temps économisé sur les transports n’a pas été réinvesti dans leurs activités personnelles, leurs projets, leur bien-être, mais qu’il a servi à faire davantage de tâches domestiques et à s’occuper des enfants. A contrario, les hommes interrogés expliquaient que le temps gagné leur permettait de se consacrer à des activités de loisir, comme le bricolage ou le jardinage. 

Cet écart d’implication se mesurait aussi lorsque l’on interrogeait les personnes sur leurs pratiques de consommation notamment la composition des courses ; les femmes étaient plus prolixes sur ce sujet, tandis que les hommes avaient moins de choses à en dire. Cette enquête aura ainsi permis de confirmer la manière dont la pandémie a accentué les disparités dans la répartition des tâches ménagères entre femmes et hommes.

Quelles perspectives pour les campagnes ? 

La crise sanitaire aura permis à certaines nouvelles pratiques d’émerger et de durer, en ce sens que les individus ont développé et parfois conservé quelques habitudes en matière de mobilité suite à l’expérience du confinement. Cette dernière a rendu moins anodine dans l’esprit des gens le fait d’utiliser la voiture, et l’on peut se réjouir de cette évolution dans le contexte actuel de crise écologique. Cela a eu des effets sensibles sur le type de commerce alimentaire que les personnes fréquentent, en faveur d’une diminution de la fréquentation des grandes surfaces et au profit des petits commerces locaux, et ce changement s’est ancré durablement dans le temps. Une autre habitude qui s’est installée de manière durable auprès des personnes qui l’ont expérimentée durant le confinement, est le recours à la livraison de repas à domicile : les quelques personnes qui ont testé cette alternative aux restaurants l’ont adoptée.

En revanche, d’autres habitudes développées durant le confinement ne semblent pas s’être ancrées durablement dans les pratiques des personnes. Les sociabilités numériques ont rapidement été délaissées et la hausse des achats sur internet n’a pas été durable chez les personnes interrogées. Moins de déplacements en voiture, plus de télétravail, plus de recours aux commerces locaux et de recours aux livraisons à domicile sont les principaux changements observés à l’issue de la période de limitation de déplacements. Mis bout à bout, ces changements doivent nous amener à nous interroger sur la manière de penser l’organisation et l’aménagement des territoires ruraux. Vont-ils s’adapter de manière à ce que la voiture ne soit plus indispensable pour réaliser les activités du quotidien, faire les courses ou rendre visite à des amis ? Si l’attrait pour la campagne et le local semble être en pleine expansion en particulier depuis la crise sanitaire, accueillir ces nouveaux arrivants et leurs nouvelles pratiques va demander dans les années à venir aux collectivités locales de s’adapter et d’inventer un autre monde.



Citer ce billet
Madeleine Sallustio (2022, 11 février). Les nouvelles pratiques de mobilité en milieu rural à l’aune des confinements, entre essoufflement et durabilité. Projet Re-Acteurs. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tao9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.