Enquête Évolution des Mobilités Rurales en Période de Confinement

Aurore Flipo (LAET / ENTPE), Nicolas Senil (PACTE / UGA)

Ont contribué à cette étude : Nathalie Ortar (LAET/ENTPE), Kevin Cariou (PACTE/UGA), Nicolas Robinet (PACTE/UGA)

Cette enquête menée du 14 avril au 11 mai 2020 a été réalisée dans le cadre du projet Re-acteurs.  Elle s’inscrit dans une réflexion élargie sur les changements des pratiques de mobilité en espace rural.

La mobilité est aujourd’hui le produit d’une société, de son imaginaire, de son organisation spatiale, sociale de son histoire mais aussi la cause de changements majeurs profonds, notamment climatique et écologique. Le confinement et sa privation stricte de déplacement a contraint de nombreux Français à vivre et à s’organiser différemment. En ce sens, la période qui s’est clôturée le 11 mai 2020 a permis d’évaluer en situation les conséquences de cette privation de mobilité.

Si la campagne a été appréciée pendant ce temps particulier, aussi bien par les ruraux eux-mêmes que par les urbains ayant fui la ville, la limitation des déplacements a contraint de nombreux habitants à vivre et à s’organiser différemment, car la mobilité constitue dans les territoires peu denses une ressource critique.

Tandis que les enjeux climatiques nécessitent d’imaginer des modes d’habiter moins dépendants de la mobilité, la période du confinement a permis d’expérimenter cette situation jusque là théorique. Notre enquête a montré que le besoin de sociabilité est central et que la restriction des déplacements l’a fortement affecté, sans que les solutions de communication virtuelle suffisent à le satisfaire. Elle a révélé aussi que l’accès à la nature et à la possibilité de cultiver un jardin avait été source d’épanouissement comme de frustrations pour ceux qui en ont été privés.

Comment alors inventer une ruralité avec peu de mobilité mais forte de sociabilités ? À notre sens, cette question nécessite de penser l’aménagement autrement que depuis la ville et ses référentiels. Elle implique de sortir de l’opposition entre habitat dense et étalement urbain, pour penser une ruralité construite autour d’espaces partagés et de biens et services communs. En somme, réinventer le local… pour sortir du bocal.

Retrouvez les deux articles issus de cette enquête sur le site de The Conversation et du Forum Vie Mobile, ou téléchargez l’entièreté de l’enquête au format PDF en cliquant sur ce lien.

Projet Re-Acteurs

Ce projet de recherche vise à explorer les réseaux d’acteurs locaux porteurs d’innovations autour de la mobilité en contexte de ruralité. Il s’agira de documenter les spécificités des modèles organisationnels locaux, leurs modes de fonctionnement, leurs référentiels d’action et les ressources qu’ils mobilisent pour agir et coopérer. Un des objectifs sera de mettre en évidence les freins et les obstacles rencontrés dans la mise en place d’une gouvernance de la mobilité au niveau local. Le projet s’intéressera également à la place des différents acteurs (associations, économie sociale et solidaire, collectifs citoyens, acteurs publics, entreprises privées, startups), à la dimension processuelle et relationnelle du fonctionnement des réseaux d’acteurs et de la fabrique de l’innovation territoriale. Ce travail visera à évaluer la capacité des innovations à produire des transformations sociales durables, leur degré de dépendance aux spécificités du territoire, leurs facteurs de pérennité et leur potentiel de réplicabilité. Le projet permettra d’identifier les facteurs d’accélération et les freins à la conduite du changement de la transition mobilitaire.

D’un point de vue méthodologique, ce projet repose sur une approche comparative entre deux territoires ruraux en Drôme et Ardèche. Il associe des acteurs associatifs locaux (2) et nationaux (2), des communautés de communes (5) et des laboratoires de recherche qui ont une forte expertise sur les questions de mobilité. Ce partenariat ambitionne de co-construire des outils pour dépasser une approche sectorisée de la transition mobilitaire, centrée exclusivement sur les pratiques et la responsabilité individuelle, pour ouvrir la voie à une concertation sur la construction de modèles de transition transectoriels. Le projet mobilise une diversité de méthodes d’enquête, d’analyse et de recherche-action. En complément de l’analyse de données, des entretiens, de l’observation ethnographique seront utilisés pour décrire les territoires, reconstituer les réseaux d’acteurs institutionnellement, socialement et géographiquement et appréhender leurs référentiels d’actions, méthodes, récits, visions de société. Des outils de co-création (ateliers, hackathon) serviront la démarche de recherche-action et l’appropriation du projet.