Revue de la littérature commentÉE

Mobilité et transition écologique en milieu rural

NB : cette revue de littérature restreinte s’est concentrée sur un recensement des travaux récents (à partir de 2010) sur le thème des mobilités en milieu rural au regard des objectifs de transition écologique. Ne figurent donc pas les travaux qui se sont intéressés à la mobilité en  milieu rural sous d’autres angles.

Travaux de recherche

Aguiléra, Anne, « La mobilité dans les territoires ruraux », séminaire Nouvelles mobilités et urbanisme en milieu rural, 2013

#automobile, #ruralité, #climat

Cette présentation compile les principales données concernant la mobilité dans les territoires ruraux, caractérisée par une évolution différente de celle des territoires urbains et une dépendance à la voiture qui s’accroît. Du point de vue des distances parcourues, elle montre que les grandes distances concernent 28 % des actifs ruraux, ceux qui travaillent dans un pôle urbain. Ainsi, 65 % des actifs ruraux travaillent dans le rural, avec une distance médiane de 3,5 km. De même, le déficit d’emplois concerne davantage le périurbain que le rural. Si l’accès aux services de base s’est amélioré, en revanche l’accès aux services intermédiaires et supérieurs demeure très faible. Les émissions de CO2 des habitants des territoires ruraux sont supérieurs à ceux des urbains en ce qui concerne la mobilité quotidienne, mais inférieurs en ce qui concerne la mobilité longue distance, aboutissant à un bilan finalement moins lourd que dans le périurbain ; en revanche, la vulnérabilité énergétique est bien plus forte en milieu rural.

Cailly, Laurent, Huyghe, Marie et Oppenchaim, Nicolas, « Les trajectoires mobilitaires : une notion clé pour penser et accompagner le changement », Forum Vies Mobiles.

(ou en vidéo sur ce lien)

#changementdepratiques, #transitionmobilitaire, #automobile

Cet article, accompagné d’une vidéo, résume les résultats d’un programme de recherche sur les pratiques de mobilité en milieu rural. Il présente plus particulièrement la notion de trajectoire de mobilité, qui retrace les pratiques de mobilité quotidiennes successives des individus en adoptant une perspective biographique. On voit que celles-ci varient selon l’âge des individus, leur statut familial, leur lieu de résidence. Ces expériences constituent autant d’expériences susceptibles d’être modifiées ou réactivées au cours de la vie. Les travaux s’intéressent en particulier aux transitions dans le contexte de l’accompagnement au changement.

Demoli, Yoann, Sorin, Matéo et Villareal, Axel, « Conversion écologique vs. Dépendance automobile. Une analyse des dissonances entre attitudes environnementales et usages de l’automobile auprès de ménages populaires en zone périurbaine et rurale », Flux, n°119-120, pp 41-58.

#automobile, #changementdepratiques, #budget, #transitionmobilitaire, #écologie

Les résultats de cette enquête, menée auprès d’un échantillon représentatif de 2362 ménages et d’entretiens auprès de 23 ménages périurbains, montrent qu’à l’opposé des autres pratiques de consommation, les usages de l’automobile sont relativement déliés des attitudes environnementales. Le déterminant central demeure le lieu de résidence et le niveau de revenu : les ménages sont contraints par le marché de l’occasion (majoritairement diesel) et les distances qu’ils ont à parcourir. En matière de mobilité, la fonctionnalité et l’impératif économique priment sur les valeurs environnementales, alors même que ces ménages peuvent investir fortement dans d’autres domaine de la conversion écologique. Les auteurs suggèrent donc que la conversion mobilitaire ne peut reposer sur les mêmes ressorts que d’autres pratiques.

Fondation Nicolas-Hulot, Wimoov, Baromètre des mobilités du quotidien. Une enquête nationale et trois zooms territoriaux pour évaluer l’évolution vers une mobilité écologique, sociale et solidaire, 2020.

#multimodalité, #changementdepratiques, #transitionmobilitaire, #ruralité, #gouvernance, #automobile

Cette enquête menée en 2019 auprès de 4000 ménages représentatifs de la population française conforte la part modale dominante de la voiture et un usage qui tend à s’intensifier en particulier dans les communes peu denses. L’enquête s’intéresse ensuite au potentiel de changement en interrogeant les enquêtés sur leur intention de réduire leurs déplacements, de changer de véhicule pour un véhicule électrique ou de mode de transport, ainsi qu’aux inégalités face à la mobilité : le budget mensuel de déplacement est plus de 50 % supérieur dans les communes rurales que dans les grandes aires urbaines.

Trois « zooms territoriaux » sont proposés pour présenter la manière dont les collectivités et les acteurs locaux s’approprient les politiques publiques en faveur de la mobilité durable et inclusive, dont deux territoires peu denses. Le rapport conclut que les initiatives prises sur ces territoires sont appréciées des habitants. Il relève cependant un défaut de coordination entre actions, en particulier une segmentation par type de public qui limite leur portée. Pour répondre à ces défis, le rapport préconise d’une part de mettre la mobilité au cœur de l’action des élus sur les territoires, et d’autre part de mieux accompagner les publics vers le changement.

Etudes de cas

Aguiléra, Anne, Baptiste, Hervé, Feildel, Benoît, Huyghe, Marie, MOBITER : Mobilité et dynamique des territoires ruraux, Rapport final du programme de recherche, 2018

#multimodalité, #automobile, #changementdepratiques, #écologie, #covoiturage, #trajetdomiciletravail

À partir d’un projet de recherche mené dans le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine, les auteurs s’intéressent au potentiel de changement individuel dans les mobilités rurales. Ils identifient 4 profils de mobilité : les multimodaux réguliers, qui utilisent dès qu’ils le peuvent des alternatives à la voiture individuelle ; les multimodaux occasionnels qui les utilisent de temps en temps ; les exclusifs sensibilisés à la mobilité qui cherchent à modifier leurs pratiques mais n’y arrivent pas ; les exclusifs non-sensibilisés à la mobilité pour qui l’usage exclusif de la voiture est satisfaisant. L’accompagnement personnalisé montre que les reports les plus efficaces se font sur les mobilités domicile-travail. Il existe également des marges de changement dans la généralisation de la marche pour les déplacements courts et le covoiturage pour les loisirs. Les auteurs recommandent le renforcement des activités d’accompagnement mobilité via les agences locales de mobilité, les agences locales de l’énergie et du climat, les centrales de mobilité et les espaces info énergie.

Brovarone Vitale, Elisabetta, Cotella, Giancarlo, « Improving Rural Accessibility : A Multilayer Approach », Sustainability 12(7), 2876

#ruralité, #transportencommun, #budget, #gouvernance

Cette étude menée dans 4 régions rurales européennes (Royaume-Uni, Espagne, Italie, Suisse) montre que si l’amélioration de l’offre de transport est capitale pour le développement des territoires ruraux, les solutions le plus souvent choisies comme le transport à la demande ne sont pas nécessairement adaptées à tous les territoires et sont plus complexes à implémenter qu’il n’y paraît. L’étude propose une grille d’évaluation permettant d’orienter les choix des décideurs, autour de 2 variables : la complexité et la priorité. Celles-ci se basent sur la définition de critères objectifs permettant d’attribuer des scores à chacune des solutions envisagées, selon : la couverture géographique, les usagers ciblés, le mode de réservation souhaité, le type d’horaires (réguliers ou flexibles), le type d’itinéraire (régulier ou flexible), le type de trajet (direct ou à arrêts multiples), le type de véhicule, le coût, le financement, les objectifs, le niveau de demande. L’étude conclut que l’institution de mécanismes efficaces de gouvernance multi-niveaux et multi-acteurs est un prérequis à une prise en main réussie des défis de la mobilité rurale.

Busnot-Richard, Florence, Guyard, Aurore, « En milieu rural, une mobilité durable est-elle possible ? Une problématique au cœur du Plan Climat-Energie du Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine », POUR, 2014

#ruralité, #transportsencommun, #altermobilité, #changementdepratiques, #gouvernance

À partir d’un retour d’expériences d’initiatives multiples menées en milieu rural dans le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine (diagnostics mobilité, pédibus, vélobus, autostop participatif, autopartage), l’autrice investigue les éléments clés de réussite des schémas de mobilité en milieu rural. Elle met en évidence l’importance d’une information intégrée pour l’usager autour de la création d’une plate-forme de transports, ensuite reprise par le Conseil Général. Elle rappelle également que l’implication des habitants est indispensable pour que les initiatives perdurent. Pour cela, les liens de confiance et la mobilisation des élus locaux sont nécessaires. Les communautés de communes doivent assumer le rôle de coordinateur. L’accompagnement au changement, testé auprès de 20 familles dans le cadre du Défi Familles à Energie Positive, a montré de bons retours mais seulement lorsque les familles avaient effectivement des alternatives à leur disposition, ce qui n’est pas toujours le cas.

Delaunay, Teddy, Ray, Jean-Baptiste, Lesteven, Gaëlle, « Qui sera le Blablacar du quotidien ? Pour un covoiturage ancré dans les territoires », Métropolitiques, 2017

#covoiturage, #multimodalité

Alors que le covoiturage de grande distance a connu un succès important à l’image de la société Blablacar, le covoiturage du quotidien est encore peu développé. Pour les auteurs, l’initiative doit revenir aux acteurs publics et passer par un ancrage physique dans les territoires, à travers la création d’infrastructures dédiées (stations) et l’intégration dans une logique multimodale.

Flipo, Aurore, « Tiers-lieux, mobilité et durabilité en territoire peu dense : quelles configurations et quels impacts ? », Colloque ADEME Peut-on se passer de la voiture hors des centres des agglomérations, UVSQ, 2020

#altermobilité, #changementdepratiques, #réorganisationduterritoire

Cet article évalue les potentialités des tiers-lieux implantés en milieu rural du point de vue de la réduction des déplacements. À partir d’une enquête menée dans une vingtaine de tiers-lieux en Drôme et en Ardèche, par questionnaires et par entretiens, l’autrice montre que les tiers-lieux génèrent de nouveaux déplacements plus qu’ils n’en suppriment (mobilités résidentielles, professionnelles et quotidiennes). En revanche, de par leur implantation dans les centres-villes, ils contribuent à recréer des espaces de proximité plus favorables aux modes doux. En outre, ils peuvent contribuer à diffuser l’usage de modes actifs (en particulier le vélo) via la socialisation à des pratiques de mobilité expérimentées dans le contexte urbain et transposées en milieu rural par les usagers de ces lieux.

Hubert, Jean-Paul, Delay-Artous, Cécile, Madre, Jean-Loup, Pistre, Pierre, La face cachée de la dynamique de la mobilité : rôle des zones peu denses dans l’évolution à long-terme des territoires et de la mobilité, programme du recherche Predit, IFSTTAR, 2016

#automobile, #altermobilité, #ruralité, #trajetdomiciletravail, #changementdepratiques

Issu d’un travail fin de recombinaison et de réévaluation de divers indicateurs statistiques, ce rapport de recherche conclut à une réduction des circulations automobiles dans l’espace peu dense depuis 2000, à l’instar de ce qui est observé dans d’autres pays européens, mais à rebours de l’image généralement admise au sujet de l’évolution de la mobilité dans les espaces peu denses. Les auteurs montrent qu’après un palier atteint vers la fin des années 1990, les véhicules roulent de moins en moins, au rythme d’environ 1 % par an depuis 1999. L’usage varie néanmoins entre ménages actifs et non actifs, qui sont ceux qui ont le plus réduit leur usage de l’automobile, et espaces ruraux et périurbains, les seconds étant ceux dans lesquels les kilométrages les plus importants sont observés. L’enquête indique en outre que si la part des trajets contraints (domicile-travail et accompagnement) augmente, celle des trajets choisis (achats et visites) a en revanche nettement diminué, laissant transparaître l’importance des contraintes d’emploi parallèlement au recentrage des activités sur la proximité.

Huyghe, Marie, 2015. Habiter les territoires ruraux. Comprendre les dynamiques spatiales et sociales à l’oeuvre, évaluer les perspectives d’évolution des pratiques de mobilité des ménages, Université François-Rabelais, Tours

#altermobilité, #ruralité, #réorganisationduterritoire, #changementdepratiques

Cette thèse s’appuie sur des entretiens menés avec 75 ménages ruraux sur leurs pratiques de mobilité. Elle met en évidence une diversité des modes d’habiter déterminée par le type de territoire (rural polarisé, aire urbaine, rural isolé) et par les profils des ménages. Elle questionne les impacts du durcissement des conditions de mobilité sur ces modes de vie et le potentiel d’adaptation des ménages, dans le cadre d’un accompagnement individualisé expérimental dans un territoire disposant d’alternatives à la voiture individuelle. La thèse conclut à des pratiques spatiales axées majoritairement sur la proximité, en particulier en présence d’une offre locale qu’il conviendrait, selon l’autrice, de développer. L’expérience d’accompagnement au changement montre qu’un changement naît d’une « érosion dans l’usage » soit une forme d’insatisfaction ou de volonté de changement. L’accompagnement a permis de dépasser certains freins en faisant connaître et tester les alternatives et en créant une motivation au changement. Elle s’est toutefois révélée maximale pour les ménages ayant des pratiques de mobilité régulières et pendulaires, et moins efficace pour les ménages ayant une mobilité moindre et plus irrégulière.

Huyghe, Marie,  2018. “Rural, un territoire pour ralentir ?. Études de cas dans trois communautés de communes d’Indre et Loire (France).” Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. Territory in movement Journal of geography and planning (37).

#ruralité, #temporalités, #écologie, #changementdepratiques, #vieillesse

Sur base de l’analyse de 75 entretiens réalisés auprès de ménages ruraux, l’autrice montre que les territoires ruraux sont propices au ralentissement des modes de vie, exprimés par les enquêtés par le désir d’entretenir un autre rapport au temps de déplacement et par des préoccupations écologiques. Cependant, même si l’appétence est là, paradoxalement les habitants manquent de temps pour ralentir, parce qu’ils sont encore une fois contraints par les temporalités du travail, de l’école, etc., mais aussi parce que la maîtrise des mobilités nécessite une connaissance forte du territoire (connaissance des services et des aménités, mais aussi lien social). Certains moments de vie, comme la retraite, sont ainsi plus propices à l’investissement temporel important que nécessite un ralentissement.

Mattei, Michel, « Altermobilités dans le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine », séminaire Nouvelles mobilités et urbanisme en milieu rural, 2013

#climat, #automobile, #altermobilité, #changementdepratiques

Retour d’expérience du PNR Loire-Anjou-Touraine sur la prise en compte de la dynamique mobilité dans le Plan climat, qui ambitionne de diviser par 3 les émissions de gaz à effet de serre issues du transport, par la stabilisation du transport routier de marchandises, la réduction du parc de véhicules à 1 véhicule par foyer parcourant 14 500 km/an et le développement de l’éco-conduite. La stratégie s’appuie sur le développement de mobilités alternatives (pédibus, vélobus, covoiturage, plans de déplacements entreprises, autostop organisé), la sensibilisation et la collaboration avec les EPCI en vue d’organiser des plateformes de mobilité.

Rapports, guides et préconisations

Bailleul, Esther. Mobilité, énergie et développement local. Quelle mobilité pour les territoires à énergie positive ? CLER – Réseau pour la transition énergétique, 2017

#CLER, #transitionmobilitaire, #énergierenouvelable, #réorganisationduterritoire, #vélo, #covoiturage, #autopartage, #télétravail, #écologie

Le rapport du CLER expose en première partie une série de recommandations illustrée par des retours d’expériences présentés en deuxième partie. Le rapport souligne la nécessité de considérer la mobilité comme une composante centrale de la transition énergétique, en insistant sur le potentiel vivier de nouveaux emplois qu’elle représente. Le schéma du CLER repose sur trois leviers : la sobriété (des déplacements moins nombreux et plus courts, rendus possibles par une réorganisation du territoire ; un report les modes les moins énergivores en particulier les modes actifs et collectifs ; des véhicules mieux partagés et mieux conduits) ; l’efficacité (des véhicules plus efficaces, plus légers et moins équipés) ; les énergies renouvelables (développement du BioGNV associé à des flottes de véhicules, développement raisonné et cohérent des véhicules électriques adossés aux énergies renouvelables produites localement). L’hydrogène et les biocarburants présentent, pour l’heure, davantage d’inconvénients que d’avantages selon l’autrice.

AdCF et Transdev, Nouvelles solutions de mobilité dans les espaces de faible densité : une priorité des prochains mandats locaux, 2020

#LOM, #AdcF, #Transdev, #multimodalité, #intercommunalité, #contractualisation

Dans le contexte de la loi LOM et des élections municipales, ce guide entend compiler des informations nécessaires à la construction d’une offre de mobilité en milieu rural et périurbain. Il propose des pistes de réflexion pour réaliser des expérimentations, déployer des ressources et financer des solutions de mobilité. Dans un second temps, il se penche sur les dispositifs et potentialités des coopérations intermodales et de la contractualisation territoriale. En dernier lieu, il propose un recueil d’expériences et un décryptage de la loi LOM. Le guide revêt également une dimension de plaidoyer avec des propositions formulées par l’AdCF.

Luciano, Francisco. Décarboner la mobilité dans les zones de moyenne densité : moins de carbone, plus de lien. The Shift Project, Septembre 2017.

#ShiftProject, #zonesdemoyennedensité, #télétravail, #vélo, #climat, #vélo, #covoiturage

Le think tank « The Shift Project » aborde les enjeux de la mobilité quotidienne dans les zones périurbaines définies ici comme « zones de moyenne densité », c’est-à-dire n’étant « ni la ville, ni la campagne », à partir de 5 entrées thématiques : distribution des achats, télétravail, système vélo, transports publics express, covoiturage. La combinaison de ces cinq éléments aboutit à divers scénarios dont le plus ambitieux (qui suppose que l’ensemble des habitants des zones de moyenne densité modifient leurs comportements de mobilité dans le sens de la solution proposée) réduirait de 60 % les émissions de GES par rapport au scénario de poursuite des tendances actuelles. Le système vélo et le covoiturage sont les éléments les plus contributifs à la baisse des émissions, tandis que le télétravail est celui qui a le moins d’effets.

MOG (Move on Green) programme (Interreg IVC – FEDER), Good practices collection in sustainable mobility in rural EU

#transportencommun, #transitionmobilitaire

Issu d’un programme de 3 ans portant sur des échanges d’expériences entre 13 régions réparties dans 7 pays européens (Allemagne, Italie, Hongrie, Grande-Bretagne, Pologne, Espagne, Grèce), ce guide propose des fiches pratiques détaillant 51 initiatives portant sur 9 volets de la mobilité durable : la combinaison de services ; le partage de véhicules ; la promotion du vélo ; l’efficacité énergétique ; le transport solidaire ; le transport de loisirs ; le transport touristique ; la gouvernance et la coopération ; le transport à la demande.

Paul-Dubois-Taine, Olivier, Les nouvelles mobilités dans les territoires périurbains et ruraux, Centre d’Analyse Stratégique, Rapports & Documents n°47, 2012.

#ruralité, #initiativeslocales, #intercommunalité, #multimodalité, #autopartage, #réorganisationduterritoire, #rationalisationdesdéplacements, #transportsencommun

Ce rapport part du postulat que le système automobile, qui a répondu quasiment seul aux besoins de mobilité des habitants des territoires périurbains et ruraux, ne peut répondre aux défis de la mobilité de demain en raison de son coût croissant, aussi bien économique qu’écologique. Pour répondre à cet enjeu, il est nécessaire de s’appuyer sur les usagers, les initiatives et les acteurs locaux (populations, collectivités locales, employeurs, pôles d’activités et de commerce, professionnels de l’automobile) que les collectivités locales devront, à l’avenir, « manager ». Le rapport préconise 5 solutions : un soutien à la définition de stratégies de mobilité coordonnées au niveau des communautés de communes, intégrées dans un schéma départemental de transport ; la généralisation des systèmes d’information multimodale intégrés et en temps réel à destination de l’usager ; l’essaimage des solutions d’autopartage ; l’affectation de 10 % des dépenses annuelles de voirie dans le rabattement vers des stations de transport collectif et la structuration de « pôles de proximité » ; la mutualisation et la rationalisation des déplacements des professionnels des services à la personne.

Raoul, Emmanuel, Casteigts, Michel, Rapport interministériel sur la mobilité et les transports dans les territoires ruraux, Juillet 2011

#transports en commun, #ruralité, #gouvernance, #multimodalité, #budget, #AOT

Ce rapport présente en première partie un état des lieux de la mobilité et des transports dans les territoires ruraux. Il affirme d’abord le fait que l’offre de transports publics dans les zones rurales est largement décrite comme non satisfaisante, que ce soit par les études ou les observations de la mission. Il rappelle également l’existence de nombreuses initiatives dans ce champ, par de multiples acteurs, mais qui est freinée par un défaut de coordination entre elles. Un second volet décline le contenu d’une politique globale de la mobilité dans les territoires ruraux. Elle affirme la nécessaire diversité des réponses à apporter, au niveau des territoires, mais qui doit répondre à une exigence d’égalité territoriale qui doit être garantie par l’État. Du point de vue de l’usager, la continuité fonctionnelle doit être assurée de manière transparente et intégrée, y compris du point de vue de la tarification. À ce titre, les externalités doivent être mieux prises en compte dans le calcul des coûts et des bénéfices des transports.  En dernier lieu, le rapport fait une série de recommandations : le développement de centrales de mobilité intermodale, la transparence de la tarification, la déspécialisation des transports collectifs, la complémentarité des transports à la demande et des lignes régulières, la promotion des dispositifs de partage de véhicules individuels, le renforcement de la coopération entre Autorités Organisatrices des Transports et le renforcement du financement des transports en ruralité pour assurer une péréquation entre zones urbaines et non urbaines.

Limousin, Lorelei, Voisin, Denis, Les solutions de mobilité soutenable en milieu rural et périurbain, Fondation Nicolas-Hulot / Réseau Action Climat France, 2014.

#réorganisationterritoriale, #transportsencommun, #covoiturage, #autopartage, #multimodalité, #budget

Ce rapport, basé sur des témoignages variés, propose une feuille de route pour élaborer une stratégie de mobilité soutenable à l’échelle d’un territoire rural ou périurbain. Il propose une démarche résumée en cinq chapitres composés de fiches techniques, incluant des données de coût approximatif. Le premier chapitre recense les sources et les méthodes permettant de connaître finement les besoins du territoire. Le second présente des moyens d’intégrer les nouvelles mobilités à l’aménagement du territoire et aux infrastructures tout en promeuvant les transports collectifs existants. Le troisième recense les nouveaux services : transports à la demande, covoiturage, autostop sécuriser, modes actifs, autopartage. Le quatrième porte sur la diffusion de l’information multimodale et l’animation des dispositifs. Le dernier porte sur l’accompagnement au changement à destination des usagers.

La Fabrique Écologique, Les territoires ruraux et périurbains, terres d’innovation pour la mobilité durable. Note de synthèse n°20, juin 2017.

#transitionmobilitaire, #vélo, #covoiturage, #autopartage, #gouvernance, #budget

Ce rapport basé sur l’audition d’experts et de spécialistes de la mobilité en territoire peu dense évalue trois volets de la transition mobilitaire jugés les plus prometteurs, en évaluant leurs freins et leurs leviers. La première est le développement du vélo, adapté aux trajets de courte distance (moins de 5 km). La seconde est le partage des véhicules (covoiturage, autopartage, autostop sécurisé), adossé à un système structuré d’offre locale de services afférents (gestion du parc de véhicules et entretien), notamment via les garages et les stations-service dont les territoires ruraux sont déjà maillés. La troisième porte sur la gouvernance de la mobilité, qui doit selon les auteurs associer l’inclusion de nouveaux acteurs et la mise en œuvre d’une coopération efficace au niveau territorial. La question du repositionnement des budgets se pose, puisque la dépense publique par habitant pour la mobilité est bien inférieure en milieu rural qu’en milieu urbain. Enfin, la fiscalité doit être incitative et ne pas porter tant sur l’usage (carburant) que sur la possession, exonérée en cas de partage.

Préfecture du Centre-Val-de-Loire, Mobilités en territoires ruraux : Quels besoins ? Quelles solutions ? Guide méthodologique à destination des collectivités locales

# LOM, #gouvernance, #initiatives, #diagnostiquedeterritoire

Ce guide méthodologique détaille les étapes pour le traitement des enjeux de mobilité au niveau local. L’introduction rappelle les cadres réglementaires (loi NOTRe, loi LOM, plans de mobilité rurale) et préconise l’installation d’un comité de pilotage composé d’agents et d’élus de la collectivité. Il recommande ensuite de s’appuyer sur un diagnostic du territoire et une enquête auprès des habitants afin d’identifier les besoins locaux et de mettre en œuvre une concertation visant à y répondre, incluant l’ensemble des acteurs impliqués et débouchant sur un plan d’actions. Un second volet du guide liste les initiatives accompagnées de retours d’expériences.

Vall, Raymond, Rossignol, Laurence, Rapport d’information du Sénat fait au nom de la commission du développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoires sur les représentations et les transformations sociales des mondes ruraux et périurbains, décembre 2012

#transportsencommun, #vieillesse, #rapportvillecampagne, #automobile

Ce rapport ambitionne de faire le point sur les grands enjeux de la ruralité et de la périurbanité à l’aube des années 2010. Contrairement aux travaux plus récents, on constate que la mobilité n’y fait pas l’objet d’un chapitre à part entière. La voiture est posée comme un essentiel : « il y a une limite au maillage de l’ensemble du territoire avec des transports collectifs », affirment les sénateurs en introduction. La mobilité est traitée essentiellement dans le chapitre 1.2., sous l’angle de la déconcentration urbaine : la mobilité quotidienne découle de la dissociation entre villes où se trouvent la majorité des emplois et campagnes / périurbain où se trouvent la majorité des habitations ; et dans le chapitre 3.3. sur la prise en charge de la vieillesse.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search