Archives par mot-clé : altermobilité

Cartographie des acteurs et initiatives

La carte comme outil d’analyse

Le travail de cartographie présenté ici est davantage un outil qu’un résultat en tant que tel. La spatialisation des acteurs et des initiatives servira de donnée qu’il s’agira de croiser, dans un deuxième temps du travail, avec des données concernant d’autres caractéristiques du réseau (interconnaissance, financement, potentiel de mobilisation…) que nous ne serons en mesure de fournir qu’après le travail de terrain. A ce moment-là, nous pourrons réellement apprécier le rôle de la dimension spatiale et géographique des réseaux dans leur structuration.

Plusieurs cartes ont été réalisées. Les deux prototypes retenus ici offrent la localisation ponctuelle des acteurs en sud Ardèche et vallée de la Drôme en 2021 (carte 1) et le croisement de ces acteurs avec le rayonnement des initiatives qu’ils déploient sur le territoire (carte 2). Ces cartes sont destinées à évoluer au sortir de notre travail de terrain.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Acteurs-light.png.
Carte 1 : Spatialisation des acteurs porteurs d’initiatives en matière d’altermobilité.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Rayonnement-light-1.png.
Carte 2 : Spatialisation des acteurs et rayonnement de leurs initiatives

Le choix de la méthode

La carte 1 permet une bonne identification du territoire étudié et du regroupement des acteurs sur celui-ci. Elle permet de mettre en évidence la centralisation des acteurs dans les petites et moyennes villes, et le long des zones les plus urbanisées et les plus denses (fond et bas de vallée), à l’exception de quelques cas atypiques comme la commune de St Julien-en-Quint, qui a développé une centrale photovoltaïque villageoise et souhaite l’équiper de véhicules électriques (vélo et autopartage). L’échelle supérieure permet d’indiquer la présence d’acteurs porteurs d’initiatives sur le territoire mais dont le siège social ou l’adresse officielle n’est pas comprise dans le territoire étudié. La classification en différentes catégories d’acteur permet par ailleurs de révéler la prépondérance des associations et des communes ou communautés de communes dans la prise en main des questions de transition mobilitaire.

La carte 2 reprend les informations de la carte 1 en y rajoutant des données liées au rayonnement des initiatives déployées. Le principe de cette carte dite «de chaleur» repose sur la densification de la couleur au gré du nombre d’initiatives recensées, et ce, selon un maillage communal. Cette carte permet de nuancer l’implication du nombre d’acteurs au vu du nombre d’initiatives portées. Plusieurs acteurs sont en effet concernés par les mêmes projets, comme c’est par exemple le cas de l’organisation du schéma directeur cyclable en Ardèche qui regroupe 6 communautés de communes (dont l’adresse officielle est représentée par un point «acteur»).

En cours…

Une autre carte virtuelle destinée à la communication en ligne a également été établie. Celle-ci ne concernera, eu égard aux contraintes de l’outil Umap, que la localisation des acteurs et sera affichée prochainement sur cette page aussitôt les autorisations de référencement en ordre. Son avantage sera de permettre le changement d’échelle et un degré de précision plus important quand à la localisation des acteurs, offrant ainsi la possibilité à quiconque de s’approprier la carte comme un outil. Les acteurs recensés sont destinés à être davantage décrits et nommé (vignettes personnalisée) au sortir de notre travail de terrain.

  • Document

Rencontre du 29 septembre

Le 29 septembre 2020, les partenaires du projet re-acteurs se sont réunis pour un atelier participatif de recherche-action. Etaient présents : Aurore Flipo (ENTPE), Gérard Gsegner (C.C. Pays des Vans, élu), Thomas Inselin (C.C. Gorges de l’Ardèche), Marie Lopez y Laso (association Val de quint), Pascal Mao (Pacte-Cermosem), Nathalie Ortar (ENTPE), Ambre Plante (Dromolib), Morgane Régnier (Dromolib), Yannick Régnier (CLER), Teresa Renner (ALEC07), Madeleine Sallustio (Pacte-Cermosem) et Nicolas Senil (Pacte-Cermosem)

Au programme, une réflexion sur la notion de « gouvernance » et son lien avec la mobilité sur les territoires.

Dans un premier temps, nous avons fait un tour de table pour que chacun des acteurs témoigne de ce qu’il entend par la notion de « gouvernance » et en quoi cette notion est selon eux centrale pour la question de la mobilité.

Qu’est-ce que la gouvernance ? Cette notion pose la question du pouvoir, tout particulièrement de comment il est organisé, de qui a le pouvoir décisionnel. La notion d’organisation apparaît à de nombreuses reprises : d’un côté c’est une organisation, de l’autre c’est une entité “qui organise”. La question du projet se situe entre les deux, entre une diversité d’acteurs qui ont des compétences et des objectifs hétérogènes.

Le tour de table permet à chacun des acteurs présents de constater du lien indissociable entre l’organisation de la mobilité et sa gestion territoriale. La gouvernance qui semble être défendue est participative. L’organisation de la mobilité doit se penser dans un rapport collaboratif entre le politique et l’individuel.

L’hétérogénéité des acteurs et des objectifs en jeu questionne alors la place des acteurs dans l’écosystème, car de l’hétérogénéité peuvent naître des tensions, des intérêts divergents.

La dimension spatiale de la gouvernance est enfin importante car la mobilité traverse d’autres territoires et une variété d’échelles administratives et géographiques. Il s’agit dès lors de prendre en compte les nécessités de coopération, interdépendances des compétences, des contraintes actuelles, et de problématiser le sujet en prenant en compte les modes de vie des habitants des territoires ruraux peu denses.

Dans un deuxième temps, l’équipe de recherche a fait état de la manière dont la notion de gouvernance était traitée dans la littérature scientifique contemporaine. Un pdf de la présentation powerpoint est disponible ici. Cet exposé a alors fait l’objet d’un débat qui a nuancé les critiques, parfois acerbes, des travaux sociologiques sur l’efficacité de la Nouvelle Gestion Publique.

Enfin, il a finalement été question de la problématisation du projet re-acteurs, de l’inscription de ce travail de recherche-action dans un ensemble de préoccupations à la fois scientifiques et citoyennes sur la thématique de la transition mobilitaire en territoire peu dense. Ces réflexions se sont également appuyée sur des axes théoriques issus d’une revue de la littérature scientifique dont le pdf est disponible ci-dessous.

Projet Re-Acteurs

Ce projet de recherche vise à explorer les réseaux d’acteurs locaux porteurs d’innovations autour de la mobilité en contexte de ruralité. Il s’agira de documenter les spécificités des modèles organisationnels locaux, leurs modes de fonctionnement, leurs référentiels d’action et les ressources qu’ils mobilisent pour agir et coopérer. Un des objectifs sera de mettre en évidence les freins et les obstacles rencontrés dans la mise en place d’une gouvernance de la mobilité au niveau local. Le projet s’intéressera également à la place des différents acteurs (associations, économie sociale et solidaire, collectifs citoyens, acteurs publics, entreprises privées, startups), à la dimension processuelle et relationnelle du fonctionnement des réseaux d’acteurs et de la fabrique de l’innovation territoriale. Ce travail visera à évaluer la capacité des innovations à produire des transformations sociales durables, leur degré de dépendance aux spécificités du territoire, leurs facteurs de pérennité et leur potentiel de réplicabilité. Le projet permettra d’identifier les facteurs d’accélération et les freins à la conduite du changement de la transition mobilitaire.

D’un point de vue méthodologique, ce projet repose sur une approche comparative entre deux territoires ruraux en Drôme et Ardèche. Il associe des acteurs associatifs locaux (2) et nationaux (2), des communautés de communes (5) et des laboratoires de recherche qui ont une forte expertise sur les questions de mobilité. Ce partenariat ambitionne de co-construire des outils pour dépasser une approche sectorisée de la transition mobilitaire, centrée exclusivement sur les pratiques et la responsabilité individuelle, pour ouvrir la voie à une concertation sur la construction de modèles de transition transectoriels. Le projet mobilise une diversité de méthodes d’enquête, d’analyse et de recherche-action. En complément de l’analyse de données, des entretiens, de l’observation ethnographique seront utilisés pour décrire les territoires, reconstituer les réseaux d’acteurs institutionnellement, socialement et géographiquement et appréhender leurs référentiels d’actions, méthodes, récits, visions de société. Des outils de co-création (ateliers, hackathon) serviront la démarche de recherche-action et l’appropriation du projet.