Archives par mot-clé : Gouvernance

Sustainable Mobility and the Institutional Lock-In: The Example of Rural France

by Aurore Flipo 1,*, Madeleine Sallustio 2, Nathalie Ortar 1 and Nicolas Senil 2

Abstract

Sustainable mobility issues in rural areas, compared with urban mobility issues, have so far been poorly covered in the French and European public debate. However, local mobility issues are determining factors in territorial inequalities, regional development and ecological transition. This paper is based on preliminary findings of qualitative socio-anthropological fieldwork carried out in two rural departments of the Auvergne-Rhône-Alpes region: Drôme and Ardèche. Our objective is to highlight how the question of sustainable local mobility is linked to governance issues and multiple overlapping institutions. We argue that analyzing stakeholders’ strategies and territorial governance is key to understanding the contemporary dynamics surrounding a transition towards a more sustainable mobility in rural areas. In order to do so, we show how the debates surrounding the adoption of a law allowing for the transfer of responsibility to local authorities for the organization of mobility services reveals the complexity of local mobility governance in rural areas and provides material for the analysis of the logics of stakeholder engagement, cooperation and conflict within the field of sustainable mobility. Through the case study of the organization of a local public transport service in a rural area, we shed light on the action of multiple stakeholders and their potentially antagonistic objectives.

Keywords: territorial governance; sustainable mobility; rural areas; transportation; bus; regional development; decentralization; LOM; mobility justice; France

Link : https://www.mdpi.com/2071-1050/13/4/2189/htm

Rencontre du 29 septembre

Le 29 septembre 2020, les partenaires du projet re-acteurs se sont réunis pour un atelier participatif de recherche-action. Etaient présents : Aurore Flipo (ENTPE), Gérard Gsegner (C.C. Pays des Vans, élu), Thomas Inselin (C.C. Gorges de l’Ardèche), Marie Lopez y Laso (association Val de quint), Pascal Mao (Pacte-Cermosem), Nathalie Ortar (ENTPE), Ambre Plante (Dromolib), Morgane Régnier (Dromolib), Yannick Régnier (CLER), Teresa Renner (ALEC07), Madeleine Sallustio (Pacte-Cermosem) et Nicolas Senil (Pacte-Cermosem)

Au programme, une réflexion sur la notion de « gouvernance » et son lien avec la mobilité sur les territoires.

Dans un premier temps, nous avons fait un tour de table pour que chacun des acteurs témoigne de ce qu’il entend par la notion de « gouvernance » et en quoi cette notion est selon eux centrale pour la question de la mobilité.

Qu’est-ce que la gouvernance ? Cette notion pose la question du pouvoir, tout particulièrement de comment il est organisé, de qui a le pouvoir décisionnel. La notion d’organisation apparaît à de nombreuses reprises : d’un côté c’est une organisation, de l’autre c’est une entité “qui organise”. La question du projet se situe entre les deux, entre une diversité d’acteurs qui ont des compétences et des objectifs hétérogènes.

Le tour de table permet à chacun des acteurs présents de constater du lien indissociable entre l’organisation de la mobilité et sa gestion territoriale. La gouvernance qui semble être défendue est participative. L’organisation de la mobilité doit se penser dans un rapport collaboratif entre le politique et l’individuel.

L’hétérogénéité des acteurs et des objectifs en jeu questionne alors la place des acteurs dans l’écosystème, car de l’hétérogénéité peuvent naître des tensions, des intérêts divergents.

La dimension spatiale de la gouvernance est enfin importante car la mobilité traverse d’autres territoires et une variété d’échelles administratives et géographiques. Il s’agit dès lors de prendre en compte les nécessités de coopération, interdépendances des compétences, des contraintes actuelles, et de problématiser le sujet en prenant en compte les modes de vie des habitants des territoires ruraux peu denses.

Dans un deuxième temps, l’équipe de recherche a fait état de la manière dont la notion de gouvernance était traitée dans la littérature scientifique contemporaine. Un pdf de la présentation powerpoint est disponible ici. Cet exposé a alors fait l’objet d’un débat qui a nuancé les critiques, parfois acerbes, des travaux sociologiques sur l’efficacité de la Nouvelle Gestion Publique.

Enfin, il a finalement été question de la problématisation du projet re-acteurs, de l’inscription de ce travail de recherche-action dans un ensemble de préoccupations à la fois scientifiques et citoyennes sur la thématique de la transition mobilitaire en territoire peu dense. Ces réflexions se sont également appuyée sur des axes théoriques issus d’une revue de la littérature scientifique dont le pdf est disponible ci-dessous.